mercredi 15 juillet 2009

Suite à mon message sur Orelsan, Sophie nous envoie une lettre qu'elle a écrite il y a deux mois aux Inrocks, qui soutenaient alors ce rappeur :

Sophie se met à la place d'une auteure attaquée pour ces propos, comme Orelsan. Je trouve ce texte très judicieux, et je vous le fais partager:

"AIDEZ-MOI !!!!
Suite à la lecture de votre article "Internet, la création sous contrôle", je me permets de vous envoyer cette lettre.
Au nom de la création artistique et de la liberté d'expression j'espère que vous publierez ce texte de fiction.
Jeune auteure, je suis le sujet involontaire de toutes les attentions médiatiques.
Depuis quelques semaines, des bloggeurs et quelques associations anti-racistes ont déclenché l'ire déraisonnée des médias.
Des gens m'attaquent de toutes parts en me reprochant d'inciter à la haine et à la violence raciale à travers les paroles de ma chanson "sale négro".
Toute cette agitation me dépasse.
De plus, je trouve particulièrement choquant que le gouvernement veuille interdire par la loi ce type de propos.
Je ne vois pas ce qu'il y a de dérangeant et de diffamatoire.
Souhaiter qu'un nègre brûle dans les flammes n'est pas une incitation à la violence.
Tout ceci n'est que création artistique.
J'espère que la publication de mon texte apaisera les esprits :


"J'déteste les négros qui sucent des queues (...)
j'te déteste, j'te hais (...)
j'veux qu'tu crèves lentement (...)
sale nègre, tous ces mots doux c'était du baratin (...)
On verra comment tu suces quand j'te déboiterais la machoire (...)
t'es juste un nègre, tu mérites ta place à l'abattoir (...)
t'es juste un démon déguisé en négro, j'veux te voir briser en larme (...)
j've te voir rendre l'âme, j'veux te voir retourner brûler dans les flammes (...)
sale négro, sale nègre (...)
j'rêve de le pénétrer pour lui déchirer l'abdomen (...)
sale nègre, tu mériterais d'attraper le DAS (...)
j'ai la haine, j'rêve de te voir souffrir (...)
Sale nègre."


Si certains lecteurs sont choqués par ces propos, qu'ils se rassurent !
Dans la vraie vie, ces paroles -extraites d'une chanson d'Orelsan- ne concernent que les femmes!
Dès lors qu'y a t 'il de choquant? Dans son article, la femme journaliste semble même craindre que l'interdiction de ce type de propos demandée par la secrétaire d'état Valérie Létart,
soit un frein à la création. La journaliste parle même de nouvel ordre moral. BRRR ça fait froid dans le dos.
Soyons soulagés, notre journal Les Inrocks n'est pas raciste mais gravement misogyne.
On est rassuré(e) hein?


Sophie P, femme.

1 commentaire:

korri a dit…

héhé bien vu